L’accès au marché de l’emploi par le public en alphabétisation

PFB

L’accès au marché de l’emploi par le public en alphabétisation - 5 juillet 2013

Intervention lors de l’interpellation de Mme Magali PLOVIE (F) à Mme Céline FREMAULT concernant «l'alphabétisation et les  demandeurs d'emploi». La réponse est disponible ici.

Certes, depuis 2010, l’asbl « Lire et Ecrire » est reconnue comme centre régional pour le développement de l’alphabétisation. Faute de places, des candidats aux formations sont chaque année rejetés.

Lire et écrire rapporte le cas particulier des opérateurs ISP-Alpha. En 2010 ‘ Parmi les 8.306 apprenants bruxellois en alphabétisation dont  le statut socioprofessionnel a été communiqué, 2 740 sont inscrits comme demandeurs d’emplois soit 33%du public. Or, l’offre alpha organisée en ISP ne permet qu’à 20,5% d’entre eux d’avoir accès à une formation intensive.


Restent les opérateurs de formations non intensives vers lesquelles se tournent 80% des demandeurs d’emploi. Pour arriver à leurs 20h de formation, ils doivent donc jongler pour trouver des inscriptions dans plusieurs formations et associations. L’addition des heures ne renforce pas pour autant les compétences puisque la cohérence pédagogique est mise à mal.


Au niveau de la formation professionnelle, il n’existe que 9 opérateurs ISP-Alpha (plus ceux de la Promotion sociale). Il existe un délai d’attente de 7 à 8 mois pour pouvoir bénéficier du service alpha-emploi. « C’est un délai dont on ne peut se satisfaire. D’autant plus que bon nombre de personnes analphabètes disposent d’autres compétences qu’elles pourraient valoriser dans des formations complémentaires mais sont bloquées en attente d’une place en alphabétisation. C’est très frustrant et peu production en termes d’insertion socioprofessionnelle ».  Il  faut que la culpabilité individuelle fasse place à la responsabilisation collective. Les demandeurs d’emploi qui sont en situation d’analphabétisme sont constamment déchirés entre deux injonctions, fruit des mesures d’activation et de pression : En recherche d’emplois, on leur demande de se former. En formation, on leur demande de chercher un emploi. Il y a de quoi devenir Schizophrénique.


D’autre part, la répartition géographique des 9 opérateurs d’alphabétisation (Anderlecht, Bruxelles-Ville, Forest, Saint-Gilles, Laeken, Molenbeek, Saint-josse, Schaerbeek), soit 8 communes sur 19  n’est pas de nature à simplifier les déplacements.   Par ailleurs,  seuls 2 opérateurs  ISP-Alpha sur 9 proposent des formations pour les niveaux débutants en français oral et écrit.


Ces demandes de formations ne sont donc pas rencontrées.


Notre région  n’est donc pas en mesure de garantir l’accès à la formation pour les demandeurs d’emploi et ce, quelque soit leur niveau initial de compétences.

Comment dès lors assurer un accès à l’emploi à des personnes ayant un faible niveau de qualification et de compétences de base ? Ceux-ci étant exclus de manière massive et durable du marché de l’emploi. ?

Selon le rapport annuel Actiris 2011, seuls 2 747 offres d’emploi sont susceptibles de correspondre au profil de 70 743 demandeurs d’emploi peu qualifiés.


Or, sur  l’ensemble des chômeurs complets indemnisés et demandeurs d’emplois à Bruxelles, près de 24% ont au maximum le CEB (soit 18.322 personnes sur 76.448).


Notre région elle compte 106.506 demandeurs inoccupés pour 27.000 offres d’emploi.


Ces chiffres parlent d’elles-mêmes. Moins on a de niveau d’éducation,  plus les chances de sortir du chômage diminuent.


Selon le SPF Economie, 28,3% des personnes à Bruxelles vivent sous le seuil de pauvreté contre 10,4% en Flandre et 17,7% en Wallonie.

Alarmant donc et inquiétant.


En conséquence, il n’est pas étonnant de voir que ces personnes occupent une part importante parmi les bénéficiaires de l’aide sociale. Cette marginalisation entraîne une désespérance sociale, crée des tensions dans les quartiers et est préjudiciable à cohésion sociale.


De nombreux citoyens sont désespérés et ne croient pas ou plus à des possibilités de s’émanciper, de participer pleinement à la vie économique et sociale de la cité.

J’entends trop souvent dire « ce que l’on apprend en Belgique, c’est comment chômer ; quelles formalités remplir pour s’inscrire au chômage. Et quelles autres alternatives crédibles leur donne-t-on pour les aider à ne plus avoir besoin d’aide, pour s’extraire de la dépendance au système. En d’autres termes, arrêtons d’infantiliser ceux qui veulent s’en sortir, s’extraire du joug de l’assistanat.

-    Etant donné qu’il y a en moyenne un délai d’attente de 7 à 8 mois  pour bénéficier du Service Alpha-Emploi de Lire et Ecrire Bruxelles, quelles sont les mesures envisagées pour renforcer l’offre de formation ?


-    La création d’autres Service Alpha-Emploi est-elle à l’ordre du jour ?


-    Pourriez-vous nous dresser un panorama de l’offre ISP-Alpha ? Combien de stagiaires sont actuellement inscrits dans un parcours d’insertion professionnelle ?


Ce n’est pas parce ce qu’on ne sait ni lire ni écrire ou qu’on ne maîtrise pas le français qu’on ne dispose pas de compétences.


J’aimerais savoir si une réflexion est en cours concernant un parcours de formation en ISP qui se base sur d’autres critères que ceux uniques des compétences linguistiques ?


En effet, certains  stagiaires ont déjà acquis des compétences et/ou une expérience de travail acquise, soit dans leur pays d’origine, soit en Belgique, et pourraient intégrer des  formations par le travail ou qualifiantes, tout en ayant la possibilité d’améliorer parallèlement leurs compétences linguistiques.


C’est très frustrant humainement et peu productif en termes d’insertion professionnelle puisqu’ils sont contraints de passer par toutes les étapes  des niveaux d’alphabétisation avant de prétendre enfin à une formation qui leur ouvrirait les portes du monde de l’emploi.


-    Quelles sont les mesures prévues en termes de passerelles entre l’alphabétisation et la formation qualifiante ?